Questions

Les questions qui reviennent le plus souvent
Quels peuvent être les éléments déclenchants ?

Parmi eux, on peut citer :

• la maladie grave
• la perte d’emploi
• le chômage
• l’exclusion
• la prison
• le divorce
• les situations d’échecs
• la déception sentimentale
• la mort du conjoint
• la dépendance (alcoolisme, toxicomanie, les emprises)
• les situations de stress :
• professionnel
• émotionnel
• affectif
• les troubles biologiques :
• sommeil
• alimentation

Mais :
C’est en général l’accumulation de plusieurs de ces facteurs qui conduit à la tentative de suicide.

Le suicide est-il un choix personnel ?

Le suicide n’est pas un choix, mais une absence de choix. La personne croit, à tort, qu’il n’y a pas d’autres solutions pour arrêter de souffrir.

Est-ce que parler du suicide peut inciter les gens à se suicider ?

En parler, au contraire, permet de dénouer les crises et de proposer des solutions.
Les pays qui ont fait des campagnes d’information ont vu leur taux de suicides diminuer.

PARLER DE LA MORT NE TUE PAS !

Pourquoi se suicide-t-on ?
Le geste suicidaire peut se révéler à l’occasion de certains événements précis, événements à ne pas confondre avec les causes profondes du suicide.

Les causes profondes du suicide

La plupart des spécialistes du suicide estiment qu’il en existe principalement 4:

• Une famille non communicante, désunie, repliée sur elle-même.
• Des transgressions majeures (incestes, climat incestueux, violence extrême).
• Des antécédents familiaux (suicide dans l’entourage et l’histoire de la famille).
• L’isolement et la solitude (difficulté à s’insérer dans la vie sociale).

Quels sont les signes avant-coureurs du suicide ?

Les messages directs
• Je veux en finir
• La vie n’en vaut pas la peine
• Je n’en sortirai jamais.

Les messages indirects
• Vous seriez bien mieux sans moi
• Je suis inutile
• J’ai fait mon testament
• Je vais faire un long voyage

Les comportements
• Isolement, retrait
• Intérêt pour les armes à feu ou les médicaments
• Donner des objets qui lui sont chers
• Consommation abusive d’alcool ou de médicaments
• Consultations répétées et sans raison chez le médecin
• Parler de la valeur et du courage de ceux qui se suicident
• Incohérence du langage
• Aucune réaction à la perte d’un proche
• Hyperactivité
• Manque d’énergie, extrême lenteur

Que faut-il faire ou ne pas faire ?

Éviter de
• Moraliser
• Dire de ne plus penser à la mort
• Donner ses recettes personnelles de bonheur : chacun a sa manière d’être heureux
• Tout faire à sa place, il penserait qu’il est devenu inutile
• Avoir réponse à tout
• Faire des promesses que vous ne pourriez pas tenir.

Essayer de
• L’écouter parler de sa détresse : il ou elle a besoin de toute votre amitié, de votre disponibilité et de votre compréhension.
• Aborder directement la question du suicide.
• Avec lui, aller chercher de l’aide auprès de professionnels ou de proches en qui vous avez confiance.

Pour aller plus loin, contactez nous